Dans quelle mesure les professionnels identifient-ils bien et rapidement les risques pour la sécurité des patients dans une « salle des horreurs » ?

Quelles ont été leurs expériences ? Comment ont-ils collaboré avec leurs collègues ?

Ce sont les questions que Schwappach et al. ont explorées dans leur dernier article, maintenant publié dans le Journal of Patient Safety. Le plus important au départ : la formation basée sur la simulation est très populaire, les équipes sont plus performantes que les individus.

➡️ https://bit.ly/3hHuAMb