Davantage de qualité lors des revues de morbidité et de mortalité

Un nouveau guide de mise en œuvre des revues dites de morbidité et de mortalité – un format d’apprentissage qui a fait ses preuves lorsque des patients sont lésés à l’hôpital – et un nou-veau programme pilote national relatif à une utilisation optimale de la check-list chirurgicale: tels sont les deux plus récents travaux de la Fondation Sécurité des patients Suisse, laquelle s’engage depuis quinze ans en faveur d’une amélioration durable de la sécurité des patients.

 

«En tant que médecin chef, les RMM me donnent l’occasion de transmettre à mon équipe ce qui compte pour moi. Je peux dire: 'Dans ce cas, nous faisons les choses ainsi, la priorité́ doit être celle-là', ce qui suscite parfois un soulagement parmi le personnel.»

Outil d’apprentissage individuel et organisationnel, les revues de morbidité et de mortalité (RMM) dans les hôpitaux de soins aigus examinent rétrospectivement les complications médicales, les déroulements de traitement inhabituels et les cas de décès inattendus de patientes ou de patients. Les RMM aident les médecins et les équipes interprofessionnelles au sein des établissements de santé à identifier les causes d’erreurs survenues lors des soins aux patients, à échanger sur les aspects liés à la sécurité et à développer des mesures efficaces pour augmenter la sécurité des patients.

Le nouveau «Guide de mise en œuvre des revues de morbidité et de mortalité» de Sécurité des patients Suisse s’adresse aux médecins chefs, aux médecins cadres, aux responsables de la gestion des risques cliniques et aux autres cadres hospitaliers. Il inclut des outils pratiques allant de la check-list de sélection des cas au formulaire d’évaluation. La fondation a développé le guide de mise en œuvre avec des expertes et des experts et a testé et optimisé son adéquation pratique dans des hôpitaux sélectionnés. Ce guide de près de 40 pages paraît en allemand, français et italien. Il est soutenu par la Fédération des médecins suisses (FMH), l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) ainsi que par l’association faîtière des médecins avec activité chirurgicale et invasive (FMCH).

Une enquête réalisée sur l’état actuel et la nécessité de développement des RMM auprès de plus de 300 médecins cheffes et chefs de différentes disciplines a démontré qu’à ce jour seules quelques recommandations internationales ont été mises en pratique en Suisse.

«Réaliser une revue de morbidité et de mortalité selon le guide de la fondation est exigeant, mais faisable», dit le Professeur Dr David Schwappach, directeur scientifique de Sécurité des patients Suisse. «Appliqué avec rigueur, il permet aux hôpitaux de tirer des enseignements d’incidents, d’améliorer des structures et des processus internes à l’hôpital et de promouvoir la culture de la sécurité.»

Programme pilote national «progress! COM-Check – Sécurité chirurgicale»

Le programme pilote national «progress! COM-Check – Sécurité chirurgicale» s’adresse aux hôpitaux de soins aigus au sein desquels la check-list chirurgicale est un standard lors d’opérations. La check-list chirurgicale contribue à réduire les erreurs (errors) lors des opérations et les évènements indésirables (adverse events). Elle favorise en outre la collaboration et la communication au sein de l’équipe interprofessionnelle.

Dans le cadre de son premier programme pilote national «progress! Sécurité chirurgicale» (2013-2015), Sécurité des patients Suisse avait adapté pour la Suisse la Surgical Safety Checklist de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Avec «progress! COM-Check – Sécurité chirurgicale» elle entend maintenant apporter une contribution tangible aux bonnes pratiques de la check-list chirurgicale. A cet effet, l’utilisation de la check-list chirurgicale devra être régulièrement examinée et son déroulement suivi conjointement avec 20 hôpitaux pilotes de trois régions linguistiques dans le cadre de la gestion interne de la qualité. L’accent sera mis sur les processus d’équipe et de communication concomitants et pertinents du point de vue de la sécurité. La mesure de la conformité sera effectuée par un groupe interprofessionnel qui réalisera des observations et les conclura par un feedback immédiat favorisant l’apprentissage.

David Schwappach résume le programme pilote national «progress! COM-Check – Sécurité chirurgicale» ainsi: «Il s’agit pour les hôpitaux d’optimiser eux-mêmes continuellement l’utilisation de la check-list et de la 'maintenir à jour'. Les observations in situ et un feedback collégial en sont les meilleurs garants de réussite.»

Avec le soutien de l’OFSP, Sécurité des patients Suisse réalise depuis 2013 des programmes pilotes pour la sécurité des patients dans le cadre de la stratégie fédérale en matière de qualité dans le système de santé suisse. Conjointement avec des établissements sélectionnés du système de santé suisse, les expertes et les experts de la fondation pilotent des instruments destinés à augmenter la sécurité des patients sur la base de preuves scientifiques. Sécurité des patients Suisse a achevé avec succès les trois programmes pilotes suivants: sécurité chirurgicale, sécurité de la médication aux interfaces et sécurité dans le sondage vésical. Parallèlement à «progress! COM-Check – Sécurité chirurgicale», un second programme pilote national en cours de la fondation se concentre sur la sécurité de la médication en EMS.

Rapport annuel 2018 de la Fondation Sécurité des patients Suisse:
www.securitedespatients.ch/rapports-annuels

Guide de mise en œuvre des revues de morbidité et de mortalité:
www.securitedespatients.ch/rmm;
aperçu concis en page 11 du Rapport annuel 2018

Programme pilote national «progress! COM-Check – Sécurité chirurgicale»:
www.securitedespatients.ch/com-check;
aperçu concis en page 5 du Rapport annuel 2018