Infections suite à des interventions chirurgicales

Quel est le lien entre les infections postopératoires et le climat de sécurité en salle d’opération ? Sécurité des patients Suisse s'est penchés sur cette question dans le cadre d’un projet de collaboration scientifique.

Contexte

En Suisse, selon le type d’intervention, environ 20 % des patientes et patients voient apparaître une infection postopératoire. Les infections postopératoires, aussi appelées infections du site chirurgical (ou surgical site infections SSI en anglais), prolongent les séjours hospitaliers, augmentent les coûts et, dans les cas les plus graves, peuvent être mortelles. Ces complications répandues en chirurgie moderne doivent être prises au sérieux. Outre les souffrances qu’elles occasionnent, elles augmentent les coûts dans le système de santé.

Le projet financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique « Understanding the drivers of surgical site infection: Investigating and modeling the Swissnoso surveillance data » (abrégé Watussi) a pour objectif de mieux comprendre les raisons de leur apparition. Ses résultats serviront de base à l’élaboration de stratégies de prévention plus efficaces.


Climat de sécurité et infections postopératoires

Le climat de sécurité ressenti par le personnel des salles d’opération d’un hôpital et les taux d’infections postopératoires sont-ils liés ? Les chercheurs du projet Watussi avancent qu’un meilleur climat de sécurité est associé à des taux d’infection plus bas. Si cette hypothèse est confirmée, les hôpitaux dans lesquels le taux de SSI est élevé pourraient tirer profit d’interventions qui améliorent le climat de sécurité.
A l’automne 2019, le personnel des salles d’opération de l’ensemble des hôpitaux suisses participant au module de surveillance des SSI de Swissnoso répondra à une enquête sur le climat de sécurité dans le cadre d’une sous-étude menée par l’Inselspital Bern, Sécurité des patients Suisse et Swissnoso.


Organisation

La sous-étude Watussi « Safety climate and SSI rates » est une coopération établie entre l’Inselspital Bern, la Fondation pour la Sécurité des patients Suisse et Swissnoso.

Vous trouverez de plus amples informations sur le projet Watussi du SNF sur la page suivante (en anglais) : https://www.swissnoso.ch/forschung-entwicklung/snsf-project-watussi/


Du point de vue de la fondation, le projet a été dirigé par le professeur David Schwappach et le docteur Yvonne Pfeiffer.

Veuillez vous adresser au secrétariat

infonoSpam@securitedespatients.noSpamch