Communication

Actuel

Mise en garde : une digitalisation lacunaire est dangereuse pour les patients

Le professeur Dr David Schwappach, directeur scientifique de Sécurité des patients Suisse, émet des critiques sur la manière dont la digitalisation est mise en œuvre dans le domaine de la santé. S’ils ne sont pas adaptés entre eux, les logiciels recèleraient des dangers pour la sécurité des patients : « Un mauvais système digital avec des données lacunaires est un risque important ». Si au contraire les processus et les systèmes étaient parfaitement coordonnés, la cybersanté serait une grande opportunité de se prémunir contre les erreurs de traitement.


Newsletter : Journée latine, résultats du programme pilote national et protection des données

La newsletter du 11 septembre aborde les thèmes suivants : Sécurité des patients Suisse à la Journée latine à Lugano, résultats de « progress ! La sécurité dans le sondage vésical », semaine d’action du 17 au 23 septembre, journée CIRRNET sur la confidentialité des données des patients en lien avec des poursuites pénales. Elle présente également les publications les plus récentes et la façon dont la fondation Sécurité des patients Suisse gère ses données.


Digitalisation : les premières actions 2018 sont en ligne

Les projets déjà soumis par les hôpitaux pour la semaine d’action 2018 abordent une large palette de thèmes. A Berne, un symposium se penche notamment sur un pancréas artificiel ; à Castelrotto TI on s’intéresse à l’accompagnement digital de patientes ayant des problèmes cardiovasculaires ; à Zollikerberg ZH les patients sont informés sur le triage digital aux urgences.

Par ailleurs, diverses approches, dont une check-list destinée aux patients sur l’utilisation des applications dédiées à la santé sont disponibles sur securitedespatients.ch/semaine-daction-2018. Des actions peuvent encore...


Projets

Les soins de base Quelle est la place de la culture de la sécurité dans les cabinets médicaux ? Où se situent les risques ? Des données empiriques de Sécurité des patients Suisse montrent que les principaux risques de sécurité dans la prise en charge ambulatoire de base se situent au niveau du processus de médication, du triage (téléphonique), de la prise de contact par les patients, de la pose du diagnostic et de la surveillance des patients au cabinet.
Recommandations à l'intentions des patients Patientes et patients ainsi que proches peuvent contribuer à éviter les erreurs de traitement. Sécurité des patients Suisse met à disposition une série de conseils à télécharger.
Semaine d'action 2015 Sous le slogan " En dialogue avec les patients ", une Semaine nationale d'action pour la sécurité des patients a eu lieu pour la première fois du 14 au 18 septembre 2015. L'objectif était de sensibiliser les gens au fait qu'environ 700 à 1700 patients hospitalisés meurent chaque année des suites d'erreurs. C'est tragique pour toutes les personnes concernées. C'est pourquoi, pendant la Semaine d'action 2015, sous le patronage du conseiller fédéral Alain Berset, 100 acteurs du secteur de la santé se sont engagés à améliorer la sécurité des patients.
Semaine d’action sécurité des patients A l’instar du dossier électronique du patient, de nombreuses tâches sont aujourd’hui digitalisées dans les hôpitaux, les cabinets médicaux et les établissements médico-sociaux. La Semaine d’action pour la sécurité des patients 2018 et ses partenaires présentent des projets et ouvrent le débat sur les avantages et les inconvénients des technologies d’information dans le domaine de la santé.Semaine d’action 2018 dans les hôpitaux, les homes et les cabinets sur le thème « Technologies d’information dans le domaine de la santé ». Elle comprend un symposium, une check-list pour les patientes et des recommandations destinées aux prestataires du domaine de la santé.

Publications

Aucune entrée trouvée pour ce sujet

Quick-Alerts®

Aucune entrée trouvée pour ce sujet

Paper of the Month

Paper of the Month #5 – Expériences de patients à la suite de discussions ouvertes sur des événements indésirables

R. Iedema et al. rapportent les premières conclusions de l’évaluation réalisée après l’introduction, en Australie, de normes officielles relatives à la tenue de discussions ouvertes avec des patients suite à la survenue d’événements indésirables («open disclosure»).


Paper of the Month #1 – Impact of patient communication problems on the risk of preventable adverse events in acute care settings.

L’étude de Bartlett et al. visait à examiner si les problèmes de communication des patients à

l’hôpital étaient associés à un risque accru d’événements indésirables évitables («preventable

AEs»).


Publications scientifiques

Aucune entrée trouvée pour ce sujet