Programmes progress ! Sécurité des patients Suisse

Opération Sécurité chirurgicale

Des erreurs se produisent en salle d'opération. Les confusions de côté ou d'intervention, les infections ou les corps étrangers oubliés sont tabous - mais ils se produisent aussi dans les systèmes de santé très développés. Il en va de même pour les blocs opératoires suisses.

Contexte

Personne n’est à l’abri des erreurs, pas même les professionnels les mieux formés et les plus motivés. Les événements indésirables survenant durant les phases préopératoire et peropératoire – erreurs de site opératoire, infections ou oubli de corps étrangers – sont tabous. Pourtant, cela arrive aussi dans les systèmes de santé de pointe. Et la Suisse ne fait pas exception. Entre l’été 2013 et l’été 2015, Sécurité des patients Suisse a réalisé le programme pilote progress ! La sécurité en chirurgie, qui avait pour objectif de diminuer le nombre d’incidents dans la médecine invasive en Suisse. Lancé par la fondation pour la Sécurité des patients Suisse, il repose sur la check-list de la Sécurité chirurgicale de l’OMS publiée en 2009, qui a été adaptée pour la Suisse. Nombre d’études l’attestent: passer en revue tous les points des trois parties de la liste (Sign in, Team time out, Sign out) contribue de manière déterminante à éviter les erreurs, à en atténuer l’ampleur rapidement et, de ce fait, à augmenter la sécurité des patients.

Programmes modèles

L'élément central du premier programme progress ! était la check-list chirurgical de l'OMS de 2009, qui a été adaptée spécifiquement pour la Suisse, en mettant l'accent sur sa mise en œuvre. Les études montrent que seule l'exécution complète et complète de la liste en trois parties permet d'éviter les erreurs ou de les détecter à temps. Le programme pilote progresse ! La sécurité en chirurgie a été largement financée par l'OFSP et cofinancée par la fmCh dans le cadre de la stratégie nationale de qualité.

La check-list a été mise en œuvre dans dix hôpitaux pilotes dans le cadre d’un projet d’approfondissement. Celui-ci prévoyait différentes mesures et activités devant permettre aux participants de créer les conditions nécessaires pour atteindre l’objectif fixé : garantir une application correcte et systématique de la check-list chirurgicale pour toutes les opérations (observance de 100 %).

Eléments clés

  • 4 ateliers réunissant tous les hôpitaux pilotes (transfert de savoir-faire, échanges)
  • des activités internes aux établissements, telles que l’adaptation de la check-list, l’organisation de formations et d’entraînements pour les collaborateurs

Evaluation du projet

Le programme a fait l’objet d’une évaluation complète centrée sur le suivi et l’appréciation de la mise en œuvre des activités requises. Spécialement conçue pour ce programme, elle visait à recueillir des informations utiles pour le développement ultérieur de mesures d’amélioration.

«La check-list, plus qu’une liste, un outil incontournable pour stimuler la communication au sein des équipes multidisciplinaires du bloc opératoire.»
PD Dr Guy Haller
Service d’Anesthésie, Hôpitaux Universitaires de Genève
«L’aviation nous a appris que l’utilisation optimale de toutes les ressources d’une équipe, en particulier du facteur humain, améliore la sécurité et l’efficacité.»
Dr Claude Oppikofer
chirurgien, Chirurgie Plastique Riviera SA
«La checklist chirurgicale ? Un parfum de sécurité, rien d’autre !»
PD Dr Pierre Chopard
Responsable du service Qualité des soins, HUG
«La check-list opératoire est un support et un catalyseur du travail d’équipe en faveur de la sécurité des patients.»
Anthony Staines
Ph.D., Chargé du programme
« La check-list = Quelques minutes bien investies dans la sécurité des patients. »
Adriana Degiorgi
Département Qualité et sécurité des patients, EOC
«J’ai appris à mes enfants le principe de la sécurité avant tout. Pourquoi devrais-je ne pas le respecter lorsque je traite mes patients ?»
PD Carsten T. Viehl
Chef du service Chirurgie, Centre hospitalier Bienne SA
«La sécurité ne supporte pas les demi-mesures: un vrai professionnel utilise des check-lists !»
Rolf Gilgen, lic. iur.
Directeur, Hôpital Bülach
«Les listes de contrôle contribuent à éviter les pertes d’information aux interfaces. De plus, elles servent à focaliser l’équipe sur l’opération, dont elles réduisent la durée.»
Prof. Markus Röthlin
Chef du service Chirurgie, Hôpital cantonal de Münsterlingen
«La checklist: pochi minuti ben investiti per la sicurezza dei nostri pazienti.»
Adriana Degiorgi
Responsabile Servizio qualitá e sicurezza dei pazienti dell'EOC
«Le contrôle systématique fait en commun est un impératif pour l'ensemble de l'équipe opératoire. »
Prof. François Clergue
Anesthésiste, Hôpitaux Universitaires de Genève

Groupe de suivi

  • Anne-Sophie Bétrisey, Präsidentin TOA, Leitung OP-Personal Waid Spital
  • Prof. Dr. med. Pietro Giovanoli, Direktor Klinik für Plastische Chirurgie und Handchirurgie, UniversitätsSpital, Zürich
  • Prof. Dr. med. Robert Greif, MME, Leiter Periphere Operationsbereiche (POB) der Universitätsklinik für Anästhesiologie und Schmerztherapie Inselspital Bern
  • PD Dr. med. Karl Hampl, Mitglied in der bisherigen Projektgruppe „Sichere Chirurgie“, Chefarzt Anästhe-sie Spitalzentrum Biel
  • Prof. Dr. med. Pierre Hoffmeyer, Professeur Ordinaire au Département de chirurgie, Faculté de médecine, Genève
  • Prof. Dr. med. Marcel Jakob, Vorstand Schweizerische Gesellschaft für Chirurgie (SGC), Ressort Quali-tätsmanagement, Chefarzt Klinik für Traumatologie Universitätsspital Basel
  • Dr. med. Joachim Koppenberg, Spitaldirektor und Chefarzt Abteilung für Anästhesiologie, Schmerzthera-pie und Rettungsmedizin, OSPIDAL Center da sandà Engiadina Bassa, Scuol
  • Nicole Krestan, Vorstand Schweizerische Interessensgemeinschaft für Anästhesiepflege (SIGA), Leitung Operationsbereich Lindenhofspital, Bern
  • Nenad Kragic, Vertretung Vereinigung für Leitendes OP-Personal (LOPS), OP-Manager, Mitglied der Geschäftsleitung Privatklinik Linde AG (bis Oktober 2014 Vreni Lüthi, Leiterin OP-Personal Paraplegiker-zentrum Nottwil)
  • Prof. Dr. med. Markus Röthlin, Chefarzt Chirurgie, Kantonspital Münsterlingen
  • Dr. med. Christiane Roth, Mitglied in der bisherigen Projektgruppe „Sichere Chirurgie“, Vorstand und Ressortleiterin Qualität fmCh, Stiftungsrat von Patientensicherheit Schweiz
  • Dr. med. Claude Oppikofer, Chirurgie Plastique Riviera SA, Montreux
  • Prof. Anthony Staines, Consultant / Chef de projet sécurité des patients Fédération des hôpitaux vaudois (FHV), membre du comité conseil consultatif de Sécurité des patients Suisse
«La mise en place de check-lists en salle d’opération ne peut fonctionner que si tous les groupes professionnels concernés sont formés à l’utilité des briefings et à l’utilisation des check-lists.»
Prof. Pietro Giovanoli
Chirurgien, Hôpital universitaire de Zurich
«Une chirurgie sûre protège le patient et le chirurgien!»
Prof. Urban Laffer
Président de la fmCh
«On s’entraîne à utiliser les check-lists lors des formations de simulation interprofessionnelles. Dans le même temps, la check-list accroît le succès de l’apprentissage, car elle sert d’instrument de feed-back pour le débriefing.»
Dr Robert Greif
Anesthésiste, Inselspital Berne
«La sécurité des patients est entre nos mains. En tant qu’équipe, nous sommes responsables du respect systématique de la check-list.»
Anne-Sophie Bétrisey
Présidente de l’APS TSO
«Impossible d’imaginer un cockpit sans check-lists. C’est ce qui devrait également valoir pour la salle d’opération.»
PD Dr méd. Sven Staender
Chef du service anesthésie, Spital Männedorf AG
«Une telle utilité ne peut que rarement être obtenue avec si peu d’investissement.»

Helmut Paula
Responsable de la gestion du risque clinique, Inselspital Berne
«Les check-lists servent à vérifier des informations pertinentes pour la sécurité et aident par ailleurs les intervenants à s’assurer du respect des étapes de processus, tout en créant une compréhension commune.»
Dr Francesca Giuliani Kocsis
QM, Hôpital universitaire de Zurich
«Dérouler une check-list, c’est comme un rituel. On synthétise les informations concernant le patient et tous les intervenants sont mis sur le même pied. C’est ce que les pilotes nous ont enseigné.»
Prof. Ralph Schmid
Ancien président, SGC - SSC
«Les check-lists ont fait leurs preuves dans le monde entier. Il ne faut qu’un minimum de ressources pour mettre en place efficacement cette mesure de sécurité très profitable.»
Prof. Dieter Conen
Président de la fondation Sécurité des patients Suisse
«La chirurgie est sous le feu des projecteurs, car c’est là que se produisent les deux tiers de tous les incidents indésirables. La check-list n’est qu’un début !»
Dr méd. Henry Hoffmann
Spécialiste FMH Chirurgie, chef de clinique pour la chirurgie

Déclaration

Une enquête de suivi a montré les changements positifs dans le programme pilote national, qui a introduit la check-list chirurgicale comme procédure standardisée. Depuis lors, la check-list a été de plus en plus utilisée, mais pas encore largement. Pour ce faire, les grandes organisations suisses de la santé ont déclaré la check-list comme norme dans les blocs opératoires suisses. D'autres organisations et individus sont invités à soutenir la déclaration.

Le cours e-learning fait partie des éléments utilisés pour introduire la check-list chirurgicale dans le but de réduire le nombre d’événements indésirables dans la médecine invasive.

Cours e-Learning

Publication N° 5 «Opération Sécurité chirurgicale»

Financement

Les bases du programme ont été élaborées en étroite collaboration avec de nombreux spécialistes suisses ainsi qu’avec des sociétés et associations professionnelles du domaine de la santé. Lancé par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), le programme pilote est développé et mis en œuvre par la fondation Sécurité des patients Suisse. Les programmes pilotes progress ! font partie intégrante de la « Stratégie fédérale en matière de qualité dans le système de santé suisse » et sont essentiellement financés par l’OFSP.

 

Julia Boysen

Directrice
T +41 43 244 14 82, Mail