Pendant longtemps, le mouvement pour la sécurité des patients s’est concentré sur le domaine hospitalier. Le secteur ambulatoire a un certain retard à rattraper et constitue donc un important thématique de la Fondation.

Le secteur ambulatoire continue de gagner en importance

  • la majeure partie des contacts avec les patients ont lieu dans le domaine ambulatoire
  • les séjours hospitaliers sont plus courts, ce qui transfère le suivi et la poursuite du traitement
  • les traitements sont plus fréquemment effectués en ambulatoire, même ceux présentant une certaine complexité
  • le nombre croissant de personnes atteintes de maladies chroniques ou multiples accroissent le besoin de soins ambulatoires

Selon l'OCDE, les problèmes de sécurité dans le secteur ambulatoire sont fréquents

  • jusqu’à quatre patients sur dix subissent des préjudices pendant leur traitement
  • près de 80 % des préjudices sont évitables
  • les coûts supplémentaires s’élèvent à environ 2,5 % des dépenses de santé nationales

Suivi de la recherche et des développements
Cela montre que des connaissances sur l’apparition de problèmes de sécurité dans le domaine ambulatoire et sur la manière de les éviter sont indispensables. En outre, il faut développer et mettre en place des mesures appropriées. En collaboration avec la FMH, la fondation élabore un état des lieux en matière d’approches et de mesures prometteuses pour améliorer la sécurité des patients dans les soins médicaux ambulatoires. Ce document constituera une base pour la mise en œuvre d’autres activités et projets.

Projets en cours

Sécurité des patients en cercles de qualité

Les cercles de qualité constituent un lieu privilégié pour les échanges collégiaux et la transmission de savoirs, mais aussi pour les questions de sécurité des patients.

Offrant un cadre empreint de confiance, les cercles de qualité permettent de se confronter activement à divers sujets. Parfois sensibles, les thèmes relatifs à la sécurité des patients, comme la gestion des risques et des erreurs, sont aussi abordés. C’est pourquoi Sécurité des patients Suisse est en train d’élaborer, avec le soutien financier de la FMH, de la documentation destinée aux cercles de qualité et visant à informer sur les sujets fondamentaux relatifs à la sécurité des patients et à en débattre. Les nouveaux supports pourront être utilisés dans différents cercles de qualité dès le second semestre 2021 et évalués.

Souhaitez-vous employer cette documentation au sein de votre cercle de qualité et participer à notre projet? Alors prenez contact avec nous ou avec Katrin Gehring (LIEN E-MAIL Katrin).

>>> Souhaitez-vous employer cette documentation au sein de votre cercle de qualité et participer à notre projet? Aors prenez contact avec nous.

Chambre des erreurs en cabinet médical

Dans une chambre des horreurs, les professionnels de la santé peuvent s'entraîner de manière ludique à la prise de conscience des risques encourus par les patients.

Voilà comment cela fonctionne : lorsque les portes du cabinet sont fermées aux patients, les erreurs et les risques qui menacent la sécurité des soins aux patients dans le cabinet sont délibérément installés. L'équipe d'entraînement a pour tâche de découvrir tous les risques, puis d'en discuter lors d'une séance de débriefing.

>>> Pour en savoir plus sur le projet, cliquez ici.
>>> Cabinets pilotes recherchées : Pour question, nous sommes à votre disposition.

Projets terminés

Risques dans le domaine des soins primaires

Sécurité des patients Suissea mené une étude sur les risques dans les soins primaires auprès de plus de 400 cabinets.

Cette étude a obtenu des résultats pertinents concernant le  type et la fréquence des problèmes de sécurité dans les soins primaires. Un instrument de recensement de la culture de sécurité dans les soins primaires  a également été créé dans le cadre de ce projet.

Des actions sont particulièrement nécessaires dans les domaines suivants:

  • les erreurs de diagnostic
  • les erreurs de médication
  • les erreurs commises lors de la surveillance des patients au cabinet et les erreurs survenues lors de tests et d’interventions
  • Problème : triage des demandes téléphoniques adressées aux cabinets médicaux

>>> Vers l’étude

Tri téléphonique dans les soins de base

Dans le secteur ambulatoire, le tri des demandes téléphoniques adressées aux cabinets médicaux est un point critique pour la sécurité des patients.Les conceptions erronées sur l'urgence de la demande du patient ne sont pas rares.

Tant les médecins que les assistantes médicales reconnaissent l'importance du risque lié au tri téléphonique et bon nombre d'entre eux souhaiteraient le réduire dans leur pratique professionnelle. Des études internationales le signalent également de plus en plus souvent. Forte de ce constat, Sécurité des patients Suisse a mis sur pied le projet Sécurité du tri téléphonique dans les soins de base dans lequel un guide à l’intention des médecins et des assistantes médicales (AM) a été développé.

Guide à l’intention des collaborateurs et collaboratrices dans les cabinets de premier recours
Le guide est un outil de travail qui conduit les équipes tout d’abord à examiner ensemble les conditions générales et les structures en place pour le tri téléphonique ainsi que leurs conséquences sur la sécurité des patients. Dans la seconde partie, il les aide à développer conjointement des mesures visant à renforcer la sécurité du tri par téléphone, en procédant  par une série de questions concrètes de nature à favoriser la communication entre eux. Il se compose de sept modules sur les thèmes suivants : attentes réciproques des membres de l’équipe au sein des cabinets, questions posées au médecin, feed-back donné à l’AM, communication et canaux de communication, discussions de cas, personnes en formation, conception des tâches/aménagement de la place de travail.

>>> Le guide sous forme électronique

>>> La publication n° 6 peut également être commandée sous version imprimée auprès du shop.

Des clients des pharmaciens issus de la migration

Les incidents liés aux médicaments sont particulièrement fréquents chez les migrants en raison d'une communication souvent limitée.

Les pharmacies jouent un rôle central et important dans les soins de santé des migrants. Une étude menée par la fondation prouve pour la première fois que les pharmaciens interrogés considèrent que la pharmacothérapie des migrants est moins sûre que celle des autres groupes de clients. . Des mesures d'amélioration sont donc nécessaires. Sur la base des résultats de l’étude, un prestataire externe a mis sur pied un module de formation continue sur le thème « Diversité religieuse et linguistique dans la pharmacie ».

>>> Rapport final 2012

 

Les pharmacies d'officine : une source d'information

La transition entre les différents secteurs de prise en charge est, pour le patient, une des phases du processus de traitement où les risques liés à la sécurité de la médication sont les plus élevés. La vérification systématique de la médication est une mesure efficace.

Les pharmacies d'officine disposent de précieuses informations sur la médication actuelle des patients, par exemple sous forme de dossier (électronique) du patient. L'étude du 2015, financé par pharmaSuissea, montré que les pharmacies interrogées en savent beaucoup sur les clients réguliers, mais qu'il y a aussi des lacunes en matière d'information. Les pharmaciennes et pharmaciens d’officine seraient fondamentalement disposés à participer davantage à la réalisation de la meilleure anamnèse médicamenteuse possible lors de l’admission à l’hôpital. Ils voient leur rôle dans la transmission d’informations à l’entrée du patient, mais aussi dans la réception de renseignements à sa sortie. Il est raisonnable de penser qu’un échange d’informations accru et systématique entre les pharmacies d’officine et les hôpitaux serait d’une grande utilité pour la sécurité de la médication aux interfaces.

>>> Executive Summary

>>> Rapport des résultats (en allemand)


Dr Katrin Gehring
Responsable du secteur des soins ambulatoires
+41 43 244 14 95
Mail